Pangloss Pangloss 3 août 14:51

@Francis, agnotologue

Vous avez parfaitement raison, pour un agnostique c’est une contingence. Cependant pour comprendre le sens que lui en donne Nietzsche il faut faire la différence entre l’agnosticisme et l’athéisme.

Pour un agnostique le scepticisme l’empêche de trancher sur l’existence de dieu. L’agnostique refuse le caractère métaphysique de la religion, mais demeure pas moins déiste. Donc effectivement dans ce cas il mettra en avant la contingence dans cette citation.

En revanche un athéiste lui ne reconnait ni l’existence de dieu ni la métaphysique qui en découle, il reste dans la lignée du rationalisme (Spinoza).  Pour lui cette citation serait un non-sens absolu si n’intervenait pas la subtilité de la pensée nietzschéenne.

Pour Nietzsche dieu n’existe pas en tant que tel (athéisme), dieu c’est le surhomme (dépassement de sa condition, changement de niveau de conscience) et l’homme en tant que tel est un être faible. Nietzsche affiche un certain mépris pour ses semblables, lui sait (supériorité), les autres ne savent rien (ce qui ne facilite pas la lecture de son œuvre d’ailleurs), mépris qu’il exprime parfois à travers des métaphores sarcastiques.

Dans la bible, Genèse 1 :27 : Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu.

Nietzsche rebondit sur ce passage de la Genèse avec force et sarcasme sous-entendant si l’homme avait atteint un certain degré de conscience aurait-il besoin de dieu ? Et si dieu existait aurait-il créé l’homme, cette créature si faible à son image ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe