Kalman SCHNUR 30 juillet 11:36

@Joséphine
Bah ouais. Vous n’avez pas tort.
DONC comme d’hab la question ne peut pas être tranchée car elle n’est pas tranchable. Nous sommes dans le relatif, pas dans l’absolu.
Il s’agit comme toujours où mettre le curseur, entre ce qui est faisable pour l’administration carcérale et la protection des citoyens.
Indépendamment, au risque de me répéter, des considérations « humanitaires ».


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe