Nicole Cheverney Nicole Cheverney 3 août 10:40

@QAmonBra

Bonjour, 
comme un bouquet final ou un cycle se bouclant, un épique massacre général de 7 longues et douloureuses années.

Un bouquet final ? Non, vous êtes vous aussi malgré votre hardiesse dialectique dans l’erreur profonde des causes du larguage de l’Algérie. Si profondes que même en apnée, et avec un sonard, sans autres éléments que quelques idées générales, vous ne sauriez déceler. 

 Ce ne fut pas un bouquet final, mais bien un bouquet commençant que masquent très intentionnellement  la pleurniche, et les « bons » sentiments autorisés dont vous usez, vous aussi,(en pleine contradiction avec vos idées exposées dans votre présentation), accusant les autres d’avoir le slip merdeux, facisme et autres joyeusetés.
Vous ne voyez rien de ce qui sortit de la politique désastreuse de ces 7 années de calvaire pour les deux communautés concernées, que fut la « guerre d’Algérie ».
Vous pleurez sur les uns, en éliminant les autres, alors que le pot commun fut bien une entreprise criminelle de sacrifice de deux populations condamnées à subir les conséquences et les outrages du "remodèlement du monde oriental, occidental, deux blocs Est-Ouest qui, en réalité, n’ont jamais vraiment été ennemis. (La guerre froide n’a jamais eu lieu, tout comme les USA n’attaqueront jamais de front la Russie), mais feront tout pour que l’Europe crève de ce jeu de dupes !

Je vais aller bien plus loin que vos petites récriminations dont la tangibilité n’a d’égale que le manque de soins que vous apportez à votre recherche sur l’origine des événements de ce maudit XXe siècle.
Vous n’avez pas assez creusé pour aboutir à une réponse satisfaisante de part et d’autre. Ni pour les Musulmans, ni pour les Européens. C’est la raison pour laquelle, je continuerai envers et contre tous les commentaires à charge et à contre-charge, d’apporter ma pierre à l’élément fondateur de la vérité sur cette tragédie, qui n’est que la tête du serpent dont nous voyons aujourd’hui, la queue se tordre dans toutes les directions, pour imposer une dictature mondiale (documents à l’appui). Le mondialisme que nous dénonçons tous, ne s’est pas construit du jour au lendemain, il a posé ses premiers jalons, le jour où lestmarrionnettes de l’Elysée et du Palais Bourbon se sont enférés pour de bon dans la guerre d’Algérie. Cui bono ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe