Gérard Jeannesson cettegrenouille-là 4 août 10:13

@Nicole Cheverney

La souveraineté, c’est la possibilité pour le peuple d’être maître de ses choix et de son destin , de la politique qui est mise en oeuvre dans le pays.

Ce n’est pas seulement une histoire de géographie et de frontières. C’est un enjeu de classe. Tant que l’oligarchie (mondialiste a les mains libres à l’intérieur de n’importe quelles frontières pour faire prévaloir ses intérêts, il n’y a ni souveraineté ni démocratie.

La défense des intérêts de la nation et l’avènement d’une véritable coopération internationale avantageuse pour tous ne sont possibles que dans le cadre d’une gouvernance du peuple par le peuple et pour le peuple. Cela implique nécessairement la mise hors d’état de nuire de l’oligarchie et de ses valets, que ces derniers se réclament de la gauche, de la droite, de l’écologie, du souverainisme ou d’ailleurs, et donc, cela nécessite d’abord, obligatoirement, la sortie de l’Union Européenne, de l’euro, de l’Otan et d’autres organisations qui ne sont là que pour étrangler les peuples et veiller à ce que prévalent partout et sur toutes les questions les intérêts mafieux de l’oligarchie.

Sur ce point, je suis sur la même longueur d’onde que Captain Marlo et l’UPR.

Mais la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan ne suffiront pas à faire prévaloir les intérêts du peuple et de la nation comme le démontre l’expérience édifiante du Brexit ! L’UPR propose également de faire des pas significatifs vers un plus grand contrôle par l’état de divers secteurs de l’économie pour assurer le redressement de l’économie du pays pour travailler au bien être de toute la population, et non pour le seul bénéfice d’une clique de privilégiés. C’est la même démarche qui avait guidé nos anciens avec la création du CNR au sein duquel les dirigeants communistes de l’époque faisaient entendre et respecter les intérêts des travailleurs, des couches populaires qui se conjuguaient avec ceux de la nation toute entière.

Sur cet enjeu, je pense que les communistes d’aujourd’hui, notamment ceux qui se regroupent autour du PRCF (le PCF englué dans l’européisme étant totalement asservi aux objectifs imposés par l’oligarchie via l’UE) sont, comme l’étaient leurs aînés à l’époque du CNR, le fer de lance le plus affûté et le plus fiable, aussi bien pour cibler correctement les ennemis à combattre que pour élaborer et faire prévaloir les mesures nécessaires au redressement de la situation, à l’éviction de l’oligarchie de la direction des affaires de l’état, à la reconquête de la maîtrise des affaires du pays, à l’instauration d’un système véritablement démocratique, au rassemblement des travailleurs de toutes catégories et des couches populaires au sein d’un grand rassemblement populaire majoritaire pour faire prévaloir la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan, et la conduite d’une politique nationale axée sur la défense des intérêts de travailleurs, sur le redressement et la préservation de nos services publics, sur la préservation de la paix, sur la remise à l’honneur de la devise républicaine affichée aux frontons de nos mairies : Liberté, Egalité, Fraternité.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe