Nicole Cheverney Nicole Cheverney 4 août 10:49

@cettegrenouille-là

Bonjour et merci de votre commentaire plein de sagesse.
Je tiens cependant à souligner que Captain Marlo, puisque vous l’évoquez, se conduit sur ce fil comme une petit commissaire politique, ses coms sont remplis d’invectives à mon égard, et je ne puis l’accepter. Je ne la bloquerai pourtant pas. Qu’elle se calme ! Relisez attentivement ses commentaires, ils sont édifiants.

Quant à l’UPR, je n’y ai fait qu’un petit tour et puis s’en va, n’ayant  et c’est dommage vis à vis de F. Asselineau qui fait toujours d’excellentes interventions  rencontré dans la section de ma région, pilotée par des gens que l’on ne voyait que très, très rarement,(pourtant investis par l’UPR) peu motivés et profondément divisés sur un large panel de sujets. L’affaire ayant touché F. Asselineau a fini de désintégrer la section de ma région.
Ce n’est pas la raison pour laquelle je récuse le régime présidentiel, c’est plutôt la somme de mes réflexions. 
Ce qui me rassure pleinement, c’est que vous comme d’autres, et aussi sur Agoravox sont conscient que le système est voué à une mort certaine. Si nous ne voulons pas être définitivement entraînés dans sa chute finale, il faut revenir à un système uniquement parlementaire, passer à autre chose, avec un nombre conséquent de députés, issus du vote des lecteurs par circonscriptions, revenir à une constitution INVIOLABLE, sans possibilité de la CHANGER, même pas un article, une ligne, une virgule, de façon à péréniser le régime qui sera mis en place, bien plus démocratique et sûrement moins oligarchique que ce régime présidentiel fait non pas par le peuple, pour le peuple et avec le peuple, mais sans le peuple et contre lui. C’est un système fait de viols continus des droits les plus élémentaires du peuple, avec des confusions entre les intitulés « motions de censures », « vote de confiance », des flous artistique, le 49/3, utilisé à tors et à travers, qui permet aux élus de faire passer n’importe quelle loi inique. Comme cela a été le cas en 2016 avec Valls sur la loi El Komri. (Loi du travail). Les préjudices que nous avons subis depuis 1958, sont énormes, la liste est très longue. 
Quant au grand manoeuvrier de Gaulle, ici comme ailleurs, il est interdit d’écorner son image policée, et de s’y prosterner. Je ne m’abaisserai pas à cette ultime injonction. Bien à vous.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe