Legestr glaz Legestr glaz 8 août 08:29

@Pierre Sarramagnan-Souchier

Je voudrais bien tenter ma chance pour un article de ce genre mais c’est consacrer beaucoup de temps à un sujet qui sera peu lu ici même. 

Nous sommes d’accord : les antibiotiques, les farines animales et les aliments chargés en glucides (maïs) ne sont pas vraiment recommandés pour les animaux, ni pour les Humains d’ailleurs. Ceux qui mangent des protéines animales doivent, absolument, respecter la « nature » de l’animal. Ces animaux doivent être élevés selon « leur nature » et non dans des installations concentrationnaires ou leur santé dépend fortement des doses d’antibiotiques qu’ils reçoivent. 
On peut, très facilement comparer l’élevage industriel, et toutes ses dérives, avec la production agricole et toutes ses dérives (pesticides, OGM). 

Quant à la « prolifération » des cancers, il faut s’attacher au terme « prolifération ». Il existe, chez l’être humain, des voies métaboliques qui renforcent la voie proliférative et la production de facteurs de croissance, tandis que d’autres voies métaboliques favorisent le renouvellement cellulaire (par production de cellules souches), le nettoyage par apoptose ou l’autophagie.
C’est sans doute un peu compliqué, mais ces voies métaboliques sont parfaitement identifiées par les scientifiques : il s’agit de la voie mTOR, celle de la prolifération, et de la voie de l’AMPK (pour faire simple) qui renforce l’organisme. Et le déclenchement de l’une ou de l’autre de ces 2 voies dépend de notre « balance énergétique ». Pour chasser les cancers, il faut, évidemment, abandonner la voie proliférative, le plus souvent possible, et ceci est tout à fait faisable. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe