Lucadeparis Lucadeparis 5 août 12:13

J’ai d’abord imaginé que la version « juive » de la phrase aurait été d’un sioniste content que beaucoup de juifs quittent l’Europe pour des raisons de sécurité.

Après, on se souvient de l’enthousiasme des antiracistes à ce qu’un « noir » ou « homme de couleur » (en fait un métis élevé uniquement dans sa famille maternelle blanche, et dont les parents se sont rencontrés à l’université d’Hawaï) devienne président des États-Unis. Cet enthousiasme était-il du racisme ?

Les génocides et ethnicides des Amérindiens sont une réalité, avec un grand remplacement blanc, et on pourrait être enthousiaste à ce qu’un président des États-Unis soit amérindien, et à ce que les sociétés amérindiennes autochtones regagnent en vigueur face au libéralisme capitaliste européen (voir la motivation cupide de Christophe Colomb, et la rivalité des nations européennes) qui fut la cause de l’invasion des Amériques et de la destruction de tant de sociétés indigènes.

On doit comprendre la différence entre diminuer la force des forts et diminuer la force des faibles.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe