Bien sûr, désigner le mal tend au rejet. Mais cela dépend des époques. Aujourd’hui, un cancéreux ne sera plus perçu comme un pestiféré. Mais cela n’a pas toujours été le cas. Première réaction : mais est-ce que cela s’attrape..... ? Le petit fond paranoïque de chacun qui se réveille !!! un psy me disait : nommer une maladie est la moitié de la guérison.. Dire à quelqu’un qu’il est pervers et perçus comme négatif et la personne tentera dans le meilleurs des cas de changer la trajectoire de son comportement... il fut un temps où on déconseillait de dire à quelqu’un qu’il avait un cancer. A mon sens, une mauvaise idée. Le choc d’apprendre que l’on est face à une éventuelle mort peut faire réagir la personne...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe