rosemar rosemar 6 août 21:17

@Clocel

http://rosemar.over-blog.com/2016/04/ma-pincee-de-tuiles.html

« Dans un extrait du roman de Giono, Le hussard sur le toit, on voit le héros de l’histoire se réfugier sur les toits des maisons de la ville de Manosque : menacé par la population qui le prend pour un empoisonneur, Angelo Pardi n’a pas d’autre solution pour échapper à la vindicte populaire...

La chaleur est écrasante, et l’évocation des toits de la ville est saisissante :

 »La chaleur pétillait sur les tuiles. Le soleil n’avait plus de corps ; il était frotté comme une craie aveuglante sur tout le ciel ; les collines étaient tellement blanches qu’il n’y avait plus d’horizon.« 

Le héros perçoit l’ardeur de la chaleur qui se répercute sur les tuiles, et il décrit un paysage saturé de soleil... »


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe