jjwaDal jjwaDal 9 août 04:19

Il y a eu une hausse des prix des céréales (blé en particulier) suite à l’invasion de l’Ukraine, qui a conduit à anticiper des pénuries et conduit par précaution certains pays à interdire les exportations. Par ailleurs, les importateurs se posaient la question de savoir si les céréales russes et ukrainiennes allaient pouvoir alimenter le marché mondial.
En conséquence, le marché a un peu joué au casino le prix des céréales par anticipation. Il se trouve que début août, le prix du blé est identique sur le marché de Chicago à celui observé avant l’invasion russe et selon l’USDA, la destruction de la demande par anticipation de l’inflation des prix va jouer son rôle.
Il ne semble pas y avoir de pénuries physiques à craindre pour cette année (il pourrait y en avoir d’origine humaine ceci dit, localement) et le marché ne semble pas anticiper une pénurie pour l’an prochain vu que les sanctions ne portent pas sur les engrais, même si le coût du gaz naturel devrait augmenter, le temps que les clients réajustent leur approvisionnement.
La hausse du prix du blé sur un an est homogène avec l’inflation générale des prix de beaucoup de matières premières.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe