Sylfaën.H. Sylfaën.H. 14 août 09:26

@Séraphin Lampion
Gros problème des sciences : elles n’ont pas de référence commune-entr’elles-(à part de logos). Différencier donc selon le domaine est très critique.

Pour la science classique, connaître, c’est décomposer un objet ou un concept puis le recomposer.  :

Lorsque complexité, la décomposer pour la reconstruire de même n’est pas une analyse-(c’est au mieux une sectorisation). Analyser doit te permettre avec une décomposition de re-assembler, mais différemment, pour changement.
Celà suppose 2 représentations différentes. La Mesure a produit le (x,y,z) cartésien. Analyser dans (x,y) est se faire biais. Gauss+Lobatchevsky s’y étaient attelés. Einstein et « son » mc² a tout embarqué, facilement lisible pour industrie. ils sont assis sur l’indistinction de l’Energie-(chaleur,corpuscule,onde), et çà leur va, les 3assiettes-pleines, entr’eux.

Pour quantique, ils ne font que faire se connecter des repères de laboratoire, et les faire résonner. Vu la noyade d’ondes dans laquelle on baigne, ils n’ont pas de témoin, de jauge. Que dire du carré-intégrale toujours très pratique pour cracher un résultat.

des degrés de liberté subsistent pour l’organiser dans divers systèmes possibles, mais la connaissance fige une configuration précise. :

Un système contraint a besoin de ddl. Il est à rechercher l’expression de Loi avec autant de scalaire+angle que tu veux en plus, et telle que lorsque angle=0 et scalaire=1, tu retrouves la formule initiale. Il s’agira d’offrir ainsi un espace aux agglomérats d’unité-(Froude, Mach...)+(L1,L2,L3)
L1,L2,L3 forme liste de : longueur, dimension, taille ; surface, étendue, empreinte ; volume, contenu|contenant.
La connaissance est bien figé dans une certaine expression formelle. Il suffit d’y introduire de la paramétrique, simplement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe