Clark Kent Séraphin Lampion 10 août 15:43

@Pierre Sarramagnan-Souchier

En italien, « acheiropoïète » se dit « acheropita ».

Sans doute Marie Théodore Renouard de Bussierre a-t-il été influencé (voire plus) par un auteur italien qui avait étudié le phénomène « miraculeux » de ces œuvres où c’étaient des anges qui tenaient les pinceaux ( Mandylion d’Edesse, Christ de Sierck-les-Bains) et, ignorant qu’un mot français pût exister a-t-il francisé le mot italien comme les Français avaient coutume de le faire à cette époque.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe