LeMerou 21 septembre 08:04

Se livre à distance des choses étranges, dont les fondements ont été longuement cachés aux européens.

Tout d’abord l’Europe, du moins ses dirigeants essentiellement, ont laissé perdurer à nos portes pour reprendre l’expression se commettre des exactions dans le Dombass (le peuple européens n’étant que peu informé) au profit de ressources Ukrainienne à bas coût en provenance de cette « Province ». Ce malgré les alertes.

Un feu couvait, lentement mais surement, ensuite « l’Europe » fidèle adoratrice d’un système économique basé sur le modèle des U.S s’est offusquée. Les U.S ont toujours haïs et haïssent toujours le bloc de l’Est pour des raisons obscures.

Alors que dès le départ, il eu mieux valu pour le peuple Ukrainien que « l’Europe » réagissent immédiatement diplomatiquement pour mettre au tour de la table les deux belligérants. En fidèle chien de garde, par lâcheté, arme l’un et sanctionne (sans en mesurer les impacts) l’autre.

Aujourd’hui le sort du peuple Ukrainien n’est même plus le sujet, tellement les intérêts économiques ont pris le dessus. Les US trouvant là, une occasion possible d’étendre leur hégémonie économique.

Tous maux que nous subirons peut être, agrémentés d’images médiatiquement choisis pour justifier les décisions et actions qui se déroulent, découlant d’intérêts bassement économique. 

Mais dans le modèle de gouvernance par l’émoi, le spectre d’un noël gâché, du manque d’énergie pour recharger son smartphone peut finalement finir par attiser une haine injustifiée,

Dans ce conflit, il n’y à pas un gentil agressé et un méchant agresseur. L’histoire pouvant prouver la barbarie des deux parties en présence.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe