Boogie_Five Boogie_Five 24 janvier 18:58

@Pascal L
Mais vous savez très bien qu’il y a plusieurs interprétations du Coran. Entre les chiites et le sunnites, les différentes écoles coraniques, etc. C’est pareil chez les juifs et les chrétiens. Chercher le vrai ou le faux par rapport à un texte comme celui-ci me semble pas très intéressant, surtout pour des gens comme moi, qui ne croit pas au monothéisme de toutes façons. Car à ce moment la Bible, la Torah et le Coran sont tous autant mensongers. Donc je comprends pas votre focalisation sur le Coran en particulier. 
Votre démarche ne consiste pas à vous intéressez à la pratique de la religion en tant que telle, mais sur les usages politiques et idéologiques de celle-ci. C’est comme si vous disiez que le Coran n’existe pas ou ne devrait pas exister parce que vous trouvez ça faux. C’est un peu court comme argument je trouve. 
Le problème n’est pas de prouver que le Coran est vrai ou faux. Ce débat au sein de l’Islam a été tranché dès le IX-Xème siècle. Il est incréé et donc divin (pour eux en tout cas). Le problème est de savoir si d’autres interprétations peuvent être valorisées face au fondamentalisme qui a l’hégémonie depuis une quarantaine d’années. Car il ne faut pas oublier que l’interprétation des fondamentalistes contemporains, n’est qu’un moment parmi d’autres de la religion musulmane. Je pense que se focaliser sur cette seule interprétation pour définir l’Islam ne correspond ni aux différentes histoires des différents peuples musulmans, ni aux différentes interprétations et pratiques qui ont été validées ou non par les différentes autorités des différents Etats islamiques. 
En clair, je ne pense pas que l’Islam est un bloc monolithique où les fidèles pratiquent le culte de la même façon. Il suffit de constater les différentes guerres au sein du monde musulman pour s’en apercevoir rapidement. Il y a eu certes des projets utopiques en ce sens, mais leurs résultats restent assez marginaux et peu étendues. Le Jihad international d’Al-Qaïda et consorts met peut être la pression, notamment sur des Etats faibles qu’il peuvent rançonner, mais on reste très très loin de ce qu’ont pu accomplir les premiers califes et certains grands souverains comme Salah al-din ou Soliman le magnifique. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe