Pascal L 24 janvier 18:15

@Gérard Luçon
Dans l’enseignement de Jésus, le schisme est considéré comme une marque d’orgueil qui conduit ses défenseurs vers l’enfer : « Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé » (Jean 17, 21)

Une grande partie des problèmes de l’orthodoxie viennent d’un alignement de quelques-uns sur le pouvoir temporel (Moscou ou Kiev, le problème est le même). L’Eglise orthodoxe disparaîtra si elle continue dans cette voie car elle ne peut ainsi bénéficier du soutien de Dieu. « Rendez à César... » par cette phrase, Jésus nous demande de séparer (et non de choisir) pour éviter tout risque d’idolâtrie. En choisissant César, une partie de l’orthodoxie renie ses principes fondateurs. Cela n’interdit ni au Ukrainiens, ni aux Russes de combattre dans l’armée régulière, mais c’est par obéissance au pouvoir temporel et non au pouvoir spirituel.

Il y a aussi des Catholiques en Ukraine. Ilsi ne sont pas inquiétés.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe