Nicole Cheverney Nicole Cheverney 23 janvier 20:57

@Octave Lebel

Pour les caricatures, c’était Jacques Faisant.

C’est bien ce que je disais, vous déroulez une ligne rouge interdite de franchir, interdit de parler de De Gaulle autrement qu’ en développant un panygérisme de sa personne presque actuellement « déifiée », ce qui est parfaitement ridicule. Je ne m’amuse certainement pas. L’époque sinistre que nous vivons ne se prête pas aux amusements ! Bien au contraire, je prends très au sérieux chaque événement depuis très longtemps qui nous ont menés dans l’impasse où nous nous heurtons et la nasse où nous nous débattons. Ce n’est pas le personnage de Gaulle en tant que tel, mais l’usage que les « décideurs » en coulisses en ont fait.

Certes, selon toutes apparences, des décisions prises de sa part et de son entourage ministériel ont assoupli les conditions matérielles de vie des Français, je le sais, j’étais gamine à l’époque. Mais au-delà des apparences, les portes étaient largement ouvertes, par des décisions irréversibles pour que les ennemis de la démocratie  s’y engouffrent. Ce n’était pas anodin. Ce qui m’intéresse avant tout, c’est la Constitution de la 5eme république, qui, bien que changée moultes fois, ses articles ont permis la politique actuelle que tous, nous réprouvons. Pour moi, un régime présidentiel représente démocratiquement la pire des choses. C’est la raison pour laquelle, je suis obligée de commencer par la personne de De Gaulle, pour en parler. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe