Pascal L 1er décembre 2023 00:28

@Édouard Rochefort
25% de l’effet de serre par le CO2, cela ressemble à un chiffre sorti d’un chapeau. Peut-être avez-vous l’étude qui établit indubitablement ce chiffre, car je ne l’ai pas trouvée. Que cela soit le fruit d’une expérience en éprouvette, je veux bien, mais la réalité de la planète est autrement plus complexe. J’ai entendu parlé d’une saturation de l’effet déjà atteint aux concentrations actuelles. Qu’en est-il réellement ? Par ailleurs, s’il y il y a bien une corrélation entre densité de CO2 et réchauffement, il n’est pas établi le sens de la corrélation. Est-ce l’augmentation de température qui suit l’augmentation du CO2 ou l’inverse ?
Je ne nie pas le réchauffement climatique, mais avant de prendre des mesures, il me semble important de comprendre l’origine de ce réchauffement. Le rôle du CO2 ne me semble pas formellement établi et je crains que les mesures qui nous seront bientôt imposées ne tiennent pas compte de la véritable origine de ce réchauffement et ne produiront pas d’effet. Ne faudrait-il pas plutôt essayer de traiter prioritairement les pollutions de tous types. Les pollueurs ne font rien et sont certainement heureux que l’on détourne l’attention sur le CO2.
L’accélération que l’on nous montre est principalement le fruit de simulations. Je sais, et je suis bien placé pour le savoir, que si nous voulons obtenir un résultat précis et prédéfini, une simulation est nécessaire. « To err is human, but to really foul things up you need a computer. » (Paul R. Ehrlich). Pour le climat, de nombreux paramètres réels nous échappent complètement et sont réglés au doigt mouillé. Tant qu’à faire, faisons en sorte qu’ils contribuent au résultat attendu. Avec des ordinateurs puissants nous pouvons obtenir des résultats précis à 50,00001% au lieu de 50%.
Je ne met pas en doute l’étude que vous fournissez sur la glace de l’Antarctique, mais cette étude ne contribue pas a définir la source de ces changements. Je suis rassuré de voir que la contribution de la fonte à l’élévation des océans est somme toute assez faible et que les auteurs concluent qu’ils doivent faire plus de recherches.

Par ailleurs, la peur est un outil de pouvoir et nous assistons à la mise en panique de la population. Ainsi, vous accepterez tout ce que les Etats vous imposeront.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe