SEPH SEPH 3 juin 14:45

@Eric F
avant l’intervention Russe en Ukraine, Poutine avait présenté un plan de sécurité aux USA et à l’Otan.

Le projet de Traité de Sécurité présenté par la Russie proposait des garanties bilatérales entre la Russie et les Etats-Unis afin d’écarter définitivement la présence de l’OTAN et toute tentative d’extension de celle-ci à proximité de la Russie. Cela concerne notamment les territoires de l’ancienne Union Soviétique, pays de l’Europe de l’Est et Baltes ou pays limitrophes de la Russie. Nombre d’entre eux en effet sont devenus membres de l’OTAN, d’autres demandent l’accession à l’OTAN.

Le jeudi 23 décembre 2021,Poutine a adressé un message aux Occidentaux : "la Russie souhaite en effet éviter un conflit avec l’Ukraine et l’Occident", a déclaré le président russe, qui a réclamé une réponse de Washington et de l’Otan à ses demandes de « garanties de sécurité ».

Il n’a pas obtenu de réponse, sinon des menaces en cas d’invasion de l’Ukraine.

Cette guerre était déjà planifié dans l’agenda américain. D’ailleurs début février 2022 l’armée ukrainienne armée jusqu’au dent par l’Otan a commencé à bombarder violemment le Donbass (plus de 1000 obus par jour) pour l’envahir en violation des accords de Minsk.
C’est dans ce contexte d’agression de populations civiles que le 22 février la Russie intervenait en Ukraine pour éviter un génocide des populations civiles du Donbass.

Un mois plus tard à Istanbul, la Russie et l’Ukraine était sur le point de signer un accord de paix dans lequel : 

le Donbass devenait une province autonome de l’Ukraine, la Crimée était définitivement Russe et l’Ukraine n’adhérait pas à l’Otan et devenait un pays neutre.

Mais Boris Johnson , le 1er ministre anglais, a tout fait capoter en promettant à Zélensky des armes à profusion. C’est ainsi que la guerre à continuer.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe