Eric F Eric F 4 juin 11:04

@Zolko
Au début, il est évident que les Russes ont cherché à faire une ’’reprise en main éclair’’ de l’Ukraine comme à l’époque soviétique, pensant qu’une partie de la population ukrainienne soutiendrait, et que les occidentaux seraient mis devant le fait accompli avant d’avoir le temps de réagir (rappelez-vous les commentaires ici même de Roman Garev à l’époque qui parlait de résolution en quelques jours).

Le problème de la négo de fin mars/début avril 2022 est que les Ukrainiens ne croyaient plus à la parole des dirigeants russes, qui avaient affirmé auparavant ne pas vouloir attaquer l’Ukraine. Ce n’est pas Boris Johnson, contrairement à la légende, qui a fait capoter ; mais quelques jours plus tôt, l’affaire de Boutcha suite à quoi Zelensky a fait une déclaration tonitruante en visio à l’ONU (5 avril) accusant Poutine de crimes de guerre. Ursula est venue en Ukraine apporter le soutien le 8, et BoJo le 9 a enfoncé le clou déjà planté. 

Zelensky n’est pas dans la situation du conquérant Hitler en phase d’effondrement, n’étant pas l’attaquent initial, mais il vise en effet une certaine fuite en avant existentielle, au lieu de prendre acte des réalités et opter pour un cessez le feu sur la ligne de front, avant négo (il y aura forcément partition en final).
Le front s’effrite mais ne s’effondre pas, les américains siffleront probablement la fin de la partie après leurs élections (Trump à la hussarde, ou Biden en catimini).

PS : ’’défilé de l’armée rouge à Kiev’’, ah la nostalgie soviétiste !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe