frédéric lyon 12 février 2008 09:48

Il faut d’abord rappeler que le port du voile est une mesure discriminatoire, au même titre que le port de l’étoile jaune.

La seule différence entre les deux est que le port du voile est une discrimination commise au détriment des femmes, et marque donc une discrimination fondée sur le sexe, tandis que le port de l’étoile jaune est une discrimination commise au détriment des juifs, et marque une donc discrimination fondée sur la race et/ou sur la religion.

Que ces discriminations soient instaurées au nom de la religion (port du voile), ou bien au nom d’une idéologie politique (port de l’étoile jaune), ne change rien au problème, les hommes n’ont jamais manqué d’imagination lorsqu’il s’agissait de justifier l’injustifiable.

Le fait que le port du voile soit justifiée par un précepte religieux agrave même plutôt le cas de cette discrimination sexuelle, car on voit bien que l’on cherche ainsi à conférer à cette discrimination un caractère "sacré", c’est à dire "inattaquable" par principe. Le seul petit problème est qu’on condamne ainsi cette religion, en l’enfermant dans l’illégalité la plus totale.

Il est a noter que la religon qui est ici en cause, c’est à dire la religion musulmane, n’en est pas à son coup d’essai lorsqu’il s’agit de s’en prendre plus particulièrement aux femmes et on pourrait multiplier les exemples de préceptes ouvertement contraire à la dignité des femmes énoncés dans cette religion.

Donnons quelques exemples, la religion musulmane tolère, pour ne pas dire qu’elle encourage : 

1) l’ablation du clitoris,

2) l’infibulation des lèvres vaginales,

3) la lapidation des femmes adultères (tout en ne disant rien de l’adultère commis par les hommes, qui semble ne pas exister chez les musulmans),

4) la polygamie (et non la polyandrie, qui elle est strictement interdite et considérée comme un adultère féminin et donc passible de lapidation),

5) la violence gratuite envers les femmes à n’importe quel propos (le Coran recommande de battre sa femme de temps en temps, ça ne peut pas lui faire de mal et cela lui rappelle qui est le maître).

Nous sommes donc au devant d’un phénomène très particulier et d’une religion particulièrement acharnée contre la dignité des femmes, au point que l’on puisse se demander pour quelles raisons particulières il en est ainsi.

Mais ceci est un autre débat, mais s’il s’agirait d’un débat éclairant.

Une telle religion n’a pas sa place, ni en France, ni en Europe, car elle parfaitement contraire à notre Constitution (qui interdit toutes formes de discrimination) et parfaitement contraire à nos lois civiles et pénales qui répriment : la justice privée, les violences commises au détriment des tiers et les appels au meurte.

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe