armand armand 24 février 2008 21:31

Lever l’interdiction du voile à la fac ce n’est pas rompre avec l’état laïc d’Atatürk : cette interdiction ne date que de 1980. On ne peut pas exiger de la Turquie le maintien de lois répressives qui ne seraient pas acceptables ailleurs en Europe sous prétexte d’un risque d’islamisme rampant. J’ai tendance à croire certains chefs de l’AKP qui se comparent en matière de religion aux républicains U.S. - c’est à dire personnellement religieux mais s’accomodant d’une structure laïque. Evidemment, pour ceux qui se méfient des républicains U.S. comme de la peste - et on les comprend - ce n’est pas très rassurant.

Je pense que beaucoup de Turcs se reconnaissent dans l’AKP car c’est une manière de guérir une certaine schizophrénie qui existe depuis l’établissement de la République consistant à rejeter tout ce qui est antérieur à 1920 et à poser en modèles tout ce qui vient d’Europe. Beaucoup de Turcs souhaitent être à la fois modernes (et sans mal, la Turquie urbaine est bien plus moderne que nombre de petits pays de l’Est qu’on a laissé entrer dans l’EU) et apprécier la tradition ottomane. C’est bien expliqué par un romancier comme Pamuk.

Pour finir, on peut toujours ergoter sur les critères culturels et religieux de l’identité européenne, mais d’un point de vue économique, l’ajout d’un pays grand, peuplé, dynamique et massivement éduqué comme la Turquie ne ferait que renforcer la puissance internationale de l’Europe.

Par contre, en termes de qualité de vie, je ne suis pas sûr que les Turcs y gagneraient... Déjà les mesures anti-inflation, pour aligner la monnaie turque sur l’Europe, ont envenimé certaines fractures sociales.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe