Philippe Vassé Philippe Vassé 26 février 2008 16:11

Black Ader,

Pareto n’a pas prévu que Mussolini finirait pendu par les pieds avec sa maîtresse Clara Petacci, massacré par une population ivre de vengeance après 21 ans d’une dictature corrompue qui a fait détruire par ses choix politiques et militaires une partie du pays et verser le sang de sa jeunesse.

Les deux personnes citées avaient été abandonnées à leur sort par la garde SS allemande. La République de Salo, dernier avatar du cauchemard fasciste en Italie, s’est ainsi écroulée : il aura suffi de deux cordes pour mettre un terme à un régime haï et déconsidéré.

Pareto n’est donc pas, visiblement, une source de futurologie assurée sur rien.

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe