LOmiG LOmiG 6 mars 2008 08:19

salut Frederic Stephan

merci pour ce commentaire constructif qui pose des vraies questions...

à mon sens tu ne te retrouves dans aucun parti (ce qui est à peu près mon cas je le précise, sauf peut-être les libéraux), c’est que tu as des exigences contradictoires, en terme de philosophie et de morale.

Pourquoi prôner la liberté de prix chez les commerçants, et pas celle des salaires ? Qui décide des secteurs où la liberté et le respect de cette liberté serait bonne, et ceux où il faut mettre de la contrainte ?

Il me semble que la seule attitude cohérente (je ne dis pas la seule valable) consiste à dire, comme les libéraux : nous refusons toute forme de contrainte, d’atteinte à la liberté individuelle (qui va avec propriété et responsabilité).

Donc, c’est une contrainte illégitime de forcer tel ou tel commerçant à mettre ses prix à un niveau autre que celui qu’il veut, et c’est également une contrainte illégitime de forcer tel ou tel conseil d’administration à fixer le salaire du PDG à tel ou tel niveau. C’est illégitime, parce qu’arbitraire. Les limites que tu mettrais, toi, ne sont pas forcément les mêmes que celles que je mettrais moi, ou celles que mettraient Besancenot.

Pourquoi un citoyen pourrait-il décider de choses ne le concernant pas ?

C’est toute la différence entre libéralisme humaniste (les vrais libéraux) et libéralisme utilitariste (beaucoup pratiqué) : le pragmatique (ou utilitariste) met une petite dose de libéralisme (souvent économique) là où ça l’arrange. Le vrai libéralisme n’est pas un économisme, comme le rappelle justement Sabine Herold : c’est une philosophie humaniste, qui refuse la contrainte. C’est une philosophie du droit avant tout.

à bientôt, passes sur le blog pour prolonger les discussions dans un cadre plus ouvert...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe