cflorian 14 mars 2008 12:24

il est vrai que le nombre de fonctionnaires ne diminue pas, quand l’état se met au régime, c’est pour mieux engraisser les collectivités territoriales. c’est la tactique de la décentralisation, on distribue les compétences et on diminue les moyens qui vont avec. les régions et les départements qui sont heureux d’augmenter leurs pouvoirs ne se gènent pas pour élever dans le même temps les taxes. pendant ce temps là l’état est censé réduire ses dépenses, et donc sa dette ou/et ses impôts. malheureusement les dépenses de l’état continuent à augmenter ! les contribuables sont les dindons de la farce ! pourtant un budget équilibré devrait être la base pour tout gouvernement.

la première chose à faire pour réduire les dépenses est d’établir les missions de l’état, de définir son organisation et de partager les rôles entres les différentes collectivités. la réforme de l’état est primordiale, mais c’est un travail difficile, long et impopulaire : elle n’a donc aucune chance ! il suffit de voir comment la suppression des départements a été zappé sans être seulement discutée. pour rationnaliser le fonctionnement des services publics, il faut réduire les strates, réduire le nombre de fonctionnaires, changer les habitudes des usagers, et couper des têtes. or diminuer le nombre d’élus ou de haut fonctionnaires n’est pas la chose la plus facile pour un ministre !

diminuer le nombre de fonctionnaires n’a aucun sens si il n’est pas étudié. l’exemple le plus frappant est l’éducation nationale. nous avons un des rapports profs/élèves les plus élevés dans le monde, pourtant nous sommes moyens dans nos résultats et réussissons à avoir de nombreuses classes surchargées ! on supprime donc des postes en réduisant le nombre d’heures de cours et en allongeant les programmes ! par contre on ne touche pas au fonctionnement du ministère ! le ministre ne veut surtout pas se mettre un important syndicat de l’éducation à dos.

un raisonnement global stratégique est utile pour résoudre certains problèmes. pourtant on se contente souvent de mesures populaires à court terme avec une augmentation des coûts pour peu de résultats. la montée de l’insécurité entraine ainsi une réponse compréhensible pour tout le monde : l’augmentation du budget de l’intérieur. on a donc beaucoup de policiers trés présents sur le terrain mais peu formés avec une justice qui ne peut suivre et des lois inadaptées.

le nombre de fonctionnaires dépend des missions que l’état leur confie et de l’organisation qu’il met en place. nous payons trop d’impôts pour le travail effectué par l’état mais nous demandons surement aussi beaucoup trop à l’état qui devrait se concentrer sur ses missions régaliennes. chaque citoyen est responsable de l’endettement de l’état et du manque de maitrise du budget.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe