Emile Mourey Emile Mourey 21 mars 2008 12:03

 @ Antenor

 Il ne fait pas de doute que Paul connaissait parfaitement ses textes. Le problème, c’est qu’il les enseignait dans la tradition de la pensée hébraïque que nous avons, nous cartésiens, beaucoup de mal  à comprendre. L’autre problème est qu’on a, à un certain moment, l’impression qu’il est arrivé à croire que ce que les Juifs espéraient était vraiment arrivé.

En fait, le langage le plus clair est celui des épîtres dits de Jean dans lesquels l’auteur, après les "manifestations" de Jésus, ne parle pas de sa résurrection mais attend l’ apparition  de Yahvé en personne.

 Le lien entre Nazareth et Qumrân apparaît très clairement dans la cérémonie du baptême de Jésus par Jean-Baptiste. C’est le conseil qui dirige le mouvement de la résistance galiléenne née à Nazareth auquel Jean-Baptiste donne l’onction divine au nom de la communauté essénienne de Qumrân.

 Pour votre autre question, c’est la rencontre de Marie et d’Elisabeth qui donne l’explication. Marie étant la population, ou plutôt, la partie de la population galiléenne qui soutient les résistants galiléens dont je viens de parler. Elisabeth étant la partie de la population de Judée qui soutient les prêtres et séminaristes exilés, Jean, qui se sont réfugiés dans le désert pour fuir les répressions d’Hérode et de ses successeurs. Cette rencontre confirme l’alliance que je viens d’évoquer.

 Quant à Joseph, il est dit dans un ou deux textes apocryphes qu’il était porteur de la hache (essénienne) et l’évangile le présente comme un charpentier (essénien).

 A noter que les Esséniens ne s’appelaient pas ainsi, mais qu’ils se considéraient comme des juifs authentiques, des pieux et même des parfaits ou des saints pour les meilleurs d’entre eux.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe