manusan 29 mai 2008 04:31

pas d’accord avec l’idée, non pas pour le fond (participation à la vie politique de la cité par exemple), mais à cause des effets pervères qu’elle génère.

je m’explique : les droits de l’homme n’ont pas beaucoup évolués depuis 20 ans par le fait qu’il était beaucoup plus facile de fuir sont pays plutôt que d’essayer de le changer.

Le droit de vote est une longue lutte qui marque l’histoire des pays et la culture de ses citoyens, il ne sera rarement servis sur un plateau d’argent, et marquera l’identité des peuple qui l’ont acquis.

prennons la liberté de la presse, il y a 1 mois, les étudiants chinois qui ne manifestent jamais dans leur pays ont été plus nombreux à manifester contre le gouvernement à Paris (4000) que tout autre villes chinoises (maximum 3000 à wuhan). C’est peu quand on connait le nombre d’étudiants en Chine mais si on regarde les manifestion anti-gonvernemental en Chine on est à zéro depuis 1989. La liberté d’expression des Chinois en France n’a aucun effet contagieux en Chine.

On pourrais penser que le fait de donner le droit de vote à un étranger pourrait l’inciter à promouvoir cette idée à l’étranger à son retour, il n’en est rien, c’est comme le systéme social, il incite hélas les personne à rester sur le territoire.

Plutôt que de promouvoir le droit de vote des étrangers en France, il serait plus judicieux de promouvoir le droit de vote des étrangers dans leur pays comme celà a été fait en pendant l’ouverture des pays d’europe de l’est à UE, en Ukraine et Georgie, on toucherais plus de citoyens à mon sens.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe