HELIOS HELIOS 9 juin 2008 17:53

Je vous comprends... evidement cela supopose qu’il y a un minimum de convergeance dans les "options" : Si vous êtes adepte d’un système hyper collectiviste — on ne juge pas ici quoi que ce soit, on discute — vous aurez du mal a faire votre choix car vous ne serez pas nombreux. Il reste que si vous arrivez a convaincre autour de vous votre choix peut arriver a se généraliser.

Pour l’instant, mon propos etait d’inciter a faciliter l’acces a ceux qui en sont exclu et a metttre ceux qui votent face a leur responsabilité.

Nous sommes dans un système ou l’appareil productif est privé et les capitaux répartis entre privés. Il n’y a pas de planification, la regulation etant faites par le marché. Les autorités agissant en délégation du peuple sont là pour faire respecter la règle du jeu, de façon impartiale et dans l’interêt de tous. C’est à ce niveau que ça ne fonctionne plus parce que ceux qui sont là pour piloter ne sont plus indépendants de ceux qu’ils doivent controler et ne respectent pas ceux qui leur ont donné le pouvoir.

Sans accuser les partis politiques, vous le dites tres bien ; personne ne cherche vraiment a maximiser l’interet de tous, mais seulement l’interet particulier, sectoriel etc. C’est pour cela que je pense qu’il serait bon que le citoyen puisse suivre facilement son representant , donc que ce que vous citez n’arrive pas (les promesses...)

Personnellement j’encadrerai avec beaucoup de rigueur les partis politiques car, même s’ils sont nécessaires pour donner une orientation, avoir une reflexion globale, ils sont a la sources de derives que nous connaissons (souvenez vous "l’etat RPR").

Mais j’encadrerai encore plus les activités economiques, des entreprises, surtout lorsqu’elles sont grandes. Le seul moyen qui me semble acceptable, c’est par l’endroit dont elle tire leur pouvoir, l’argent : j’imposerai un système comptable qui permette de voir clairement leur activité economique et non pas leur activité fiscale. je ne tolererai pas qu’il existe des concentrations financières contre nature. Il n’est pas question d’interdire, mais simplement d’être coherent. Une banque qui est au conseil d’administration de deux entreprises concurrentes (outre qu’elle fait autre chose que son metier) ne peut pas être neutre donc le marché est faussé, et en fin de compte c’est toute la société qui est perdante.

au dela de tout cela il y a aussi la communication. moi qui ecoute tres souvent BFM, je me dis qu’il y a beaucoup de chose a reprendre... et pourtant, ce ne sont pas et de loin les pires !

je vous souhaite beaucoup de chance pour votre action...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe