norbert gabriel norbert gabriel 1er juillet 2008 18:25

il semble que les contrôles soient inversement proportionnels à la puissance financière des marques.
C’est comme les OGM, on tolère un pourcentage minime, avec risque de contamination, et après il n’y aura plus moyen de revenir à du 100 pour 100 bio.
Et l"hégémonie de Carrefour dans la grande distribution ne va pas dans le sens d’une meilleure protectiion du consommateur, sauf à prendre exemple sur les USA pour actions juridiques de groupe...

Au fait, quel goût ça a les sardines à l’huile Esso, Total ou Schell ? on nous l’a pas dit...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe