skirlet 19 juillet 2008 22:49

Encore une fois, vous mélangez allègrement les notions différentes : les intonations, ce n’est pas la même chose que l’accent tonique du mot ou du groupe.

"Pas en francais ( sauf si on est effraye par son paternel)... "

Et quand on fait une pause, et dans plein d’autres cas...

"En anglais, le 1er "a" en est modifie et raccourci. Ca devient presque p’Pa. "

Déjà, en anglais les "a" ne se prononcent pas comme en français.

"En francais, les 2 "a" sont intacts, le second est allonge et prend un ton un chouia descendant. "

Toujours ? smiley

"Sans aucune comparaison avec les ressemblances-differences (et j’te coupe les cheveux en 4) avec d’autres langues, tous les etudiants arrivent a percevoir et a prononcer le francais de facon naturelle."

Evidemment, l’accent tonique français ne pose pas de problèmes, étant à l’endroit défini et invariable, avec la règle sans exceptions (pour une fois) smiley


"Bien sur, c’est mieux d’avoir une personne et/ou une machine qui vous indique si vous imitez bien l’original et organise votre entrainement, mais fautes de grives, browsez des merles. Ou tentez votre chance sur les groupes de skype... Les vieilles excuses ont disparu."

Ah bon ? Et avant, vous disiez que :

"Mais si en classe, le prof parle comme une vache espagnole, tout le monde l’imite et on ne travaille plus jamais la prononciation, on lit ca comme le latin de messe. C’etait le cas quand j’etais au lycee."

Un coup, c’est le prof qui serait le seul responsable, celui qui détermine la prononciation des élèves de façon quasi définitive ; un coup - si le prof prononce mal, on se rattrape facilement sur la Toile. Décidez-vous smiley

Au fait, où sont les références relatives à l’appareil phonologique nommé "oscillographe" qui mésure quelque chose dans les langues et fait des comparaisons ? smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe