krikri 24 juillet 2008 17:47

***Non, c’est à vous de lire mon article, ****

Je l’ai lu et j’ai lu vos sources. Pas vous, vous avez juste ramasse des citations hors contexte.

*****
Là, je suis perplexe : valait-il mieux donner mon avis personnel, sans aucune autre citation ?****
 
On aurait au moins l’avis personnel. La citation ne vaut que si elle se rapporte vraiment au sujet.

***
De fait, je crois que j’ai cité un mémoire de doctorat****

Le probleme, c’est pas l’eminence de l’auteur (qui m’importe peu). C’est parce que vous citez des theses sur la chanson italienne, sur d’autres langues etrangeres, sur l’ecoute des nourisson, le francais quebecois  ... et aucune ne cherche a repondre a la question "quid des accents, intonations ou autres en francais standard"

****
Le journaliste-auteur du Québec semble avoir publié récemment un livre sur le français
****

Sur le francais quebecois. D’autres ecrivent sur le francais au Gabon, ou le francais chez les Chti. J’ai le plus grand respect pour ces varietes linguistiques. S’ils mettent des accents a chaque mot, c’est leur droit le plus absolu.

****
« Sinon, vous accusez les "profs de FLE", et meme les profs de francais 1ere langue, de ne pas enseigner ce que nous appelons "rythme, intonation et accentuation" du francais. »

Autre procédé classique : déformer les propos***

Vous disiez : "Et qui fait les frais de toute cette confusion ? Les élèves FLE et même les petits Français, auxquels très peu de profs de français et de langue étrangère expliquent ces notions. J’ai dû l’expliquer moi-même aux miens... "

Vous n’accusez donc pas les profs de ne pas expliquer aux eleves et d’instaurer la confusion ? On aurait pu le comprendre comme ca. En tout cas nous enseignons generalement les rythmes, intonations et accentuations.
 
***** Je n’ai pas accusé les profs de FLE, je vous réponds à vous ! *****

C’etait pas tres clair.

****
il faut prouver ce que l’on avance. ****

Les enregistrements de francais standards et les courbes prouvent :
1-les choses qui existent ou pas
accentuation ou pas
2-ou elles se trouvent
sur chaque mot ou pas
3-ce qu’elles sont

- accent d’intensite

- accent de longueur

- intonation montante/descendant/haute/combinee...

*****
Or, de quoi parlons-nous ? Du français, langue vivante. Je pense que mon français n’est pas loin de celui des profs de FLE, et mon oreille itou.*****
 
Ca ne se voit pas ici. Aucune idee. Si vous aviez un fort ou faible accent regional, et que VOUS mettiez des accents sur chaque mot, ca ne me poserait aucun probleme.

Seulement ici, nous parlons du francais standard. On ne prend pas comme exemple un journaliste quebecois, un rappeur de banlieue, une mamie marseillaise, un poissonnier bordelais, un serveur alsacien...
On cherche des locuteurs qui sont *dans la moyenne*.Les orateurs professionnels et les enseignants adoptent des accents standards et une meilleure diction pour leur activite professionnelle. 
Pour le reste chacun fait comme il veut en prive, hein.

**********
« C’est tres clair, regardez les schemas, les courbes tirees des enregistrement :
*accentuation sur la derniere syllabe du GROUPE »

Toutes les langues présentent ces intonations, et des courbes montantes ou descendantes selon cette intonation ! ********

NON. Pas le chinois, pas le japonais... et surement d’autres. Mais le francais est tel qu’il est.

En chinois et japonais, les *intonations* montantes et descendantes (etc) sont sur chaque syllabe mais pas d’intonation en fin de syntagme ni pour marquer la pause.
Les etudiants chinois (et parfois japonais) entendent  : "Shanghai" et " Shanghai ?" en francais sans comprendre que c’est le meme mot, sans comprendre que l’un est affirmatif et l’autre interrogatif. Ben, on leur dit :
-Ecoutez c’est le meme mot.

- Ohhh !

- Mais la c’est une question.... et ca, ce n’est pas une question....

- Ahhh !
Deux minutes pour le comprendre...Parfois, il faut des mois pour s’habituer au systeme different., meme si on comprend. 

Je n’ai pas besoin de connaitre leurs langues pour expliquer le systeme francais, mais pour l’anecdote :
Shanghai porte sur le 2e une intonation qui finit en montant.
Comme vous diriez "Shane-Rail ?" en francais. Ca ne change jamais, ni l’interrogative ni a l’affirmative. Il doivent mettre un mot interrogatif : "Shane-Rail ?-ma" pour en faire une question. Le *ma* final ne porte ni accent d’intensite, ni d’intonation marquant l’arret. Bon courage pour le prononcer correctement. Ca donne une idee de la difficulte a faire le chemin inverse.


*******Je ne conteste pas du tout l’accent de groupe,*****

C’est deja ca.

******je dis juste qu’il y a aussi un accent tonique sur chaque mot******

Je ne suis pas d’accord pour le francais standard et classique.

*******
Inutile de sortir des courbes, des enregistrements ou dieu sait quoi pour ça, l’oreille suffit. ******

On n’entend pas pareil. J’entends l’absence d’accent de mot, vous, leur presence.

*****
Ce serait d’ailleurs intéressant de trouver qui le premier a affirmé qu’il n’y avait pas d’accent tonique en français... ******

Un mec mort depuis plus de 1000 ans, j’imagine...
Lisez ceci jusqu’au bout. Cela concerne l’accentuation en poesie classique. (c’est au programme des colleges et lycees en France)
Ils parlent de *non prononciation* des accents de mots deja a propos de Chretien de Troyes (9e siecle).

http://lovendrin.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=977641&ajcoms=977641#zone977641

Leur explication vaut pour la poesie classique leur remarque sur les 4 syllabes successives possibles.
En conversation francaise, le rythme de 5 syllabes et un seul accent sur la derniere, est courant :
*C’est une bonne idee.*
*Je vais reflechir.*
On peut faire plus long, et on le fait de plus en plus en francais contemporain. Ecoutez bien les acteurs dans les films.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe