Zanini 24 juillet 2008 14:30

Pour l’affaire du RER D, la fille n’était pas juive mais ses prétendu aggresseurs pensaient qu’elle l’était donc cela devient pour certain une affaire antisémite.

Un peu comme si a la sortie d’une discotheque, 2 gars se battraient pour une fille et que l’un traite l’autre de "tapette" ce serait consideré comme circonstance aggravante et crime homophobe malgré que la victime soit hétéro.Bien entendu dans cet exemple  meme si il peu y avoir une certaine homophobie dans le propros , aucun juge ne retiendrait le caractère homophobe de l’agression.Pourtant dans le cas du RER D la justice avait bien retenu le caractere antisémite de l’agression avant de se rendre compte que tout était inventé.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe