Manggiofagioli 29 août 2008 17:36

"Que se passerait-il s’il s’agissait d’un système d’attaque et non pas de défense !"
Renseignez vous mieux : ce système est destiné à faire partie d’un ensemble plus offensif qu’autre chose :
il n’a de sens, justement, que dans la perspective d’une attaque.
Il est totalement inutile pour se protéger d’une offensive nucléaire Russe : comme vous le signalez, les Russes ont des milliers de vecteurs opérationels qui satureraient ce système ABM (anti balistic missiles).
Par contre, il est cohérent avec la dénonciation de l’accord ABM et avec un changement de la doctrine d’emploi des armes nucléaires des USA il y a qq années : ceux ci ne s’interdisent plus une attaque préventive...

Il faut savoir que toute ce que l’on appelle équilibre de la terreur est basé sur l’assurance de la mutuelle destruction que l’on soit ou pas l’attaquant : L’attaquant devrait être avantagé puisqu’il peux viser les silos, bases aériennes et même, avec beaucoup d’effort, les missiles sur véhicule ( c’est plus dur pour les SNLE, mais les SNA peuvent quand même en pister qq un).
L’idée est que les quelques missiles qui resteraient ( sur les milliers initiaux) seraient suffisant pour provoquer des dommages insupportable à l’attaquant.
Ces quelques missiles rescapés peuvent néanmoins être neutralisés plus facilement avec des missiles anti missiles.
C’est bien dans cette perspective que les 2 géants on signé un accord dans les années 70 comme quoi il ne pouvaient protéger qu’une seule zone bien délimitée par des ABM (Moscou pour l’URSS par exemple).
C’est ça, l’équilibre de la terreur, c’est un ensemble de rêgle et de moyens.
Profitant de la déliquescence de l’URSS et de sa diplomatie, les USA ont, à la fin des années 90 je crois, dénoncé cet accord.
Puis ce changement de doctrine d’emploi, et puis le système Aegis, anti missiles et radars sur navires sur tout les océans.
Et puis, maintenant, l’apothéose : les batteries anti-missiles aux frontiéres.
Les Russes ne peuvent tout simplement pas accepter cela, ils iront jusqu’au bout.
Il faut être très partial pour ne pas y voir une stratégie irresponsable, planifiée depuis longtemps.
Il y avais une "fenêtre" de paix possible avec des Russes qui n’aspiraient à l’époque, qu’a la paix et à la liberté retrouvé.
Les USA en on profité pour avancer leurs pions, leur but n’a jamais été la paix.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe