RIVIERE Hadria 6 septembre 2008 22:13

RACISME...RACISME...QUAND TU HABITES LES CERVELLES D’OISEAUX DE CERTAINS AUTO-AFFIRMES FRANCAIS LAIQUE... COMMENT FAIRE POUR T’EN DELOGER...MEME EN TE RELATANT LES FAITS...LES AUTHENTIQUES FAITS...CROIS-TU QUE CELA SUFFISE A TE FAIRE DISPARAITRE DEs dits CERVELLES D’OISEAUX...

JE NE LE PENSE PAS... MAIS JE VAIS QUAND MEME TRANSCRIRE UNE LETTRE OUVERTE QUI INFORME AU LIEU ET PLACE DE DESINFORMER ET DE DISTILLER LA HAINE DE L’AUTRE ET SURTOUT DE LA RELIGION MUSULMANE : ...

"Le procès d’un gangster sert de prétexte pour monter une nouvelle cabale contre l’Islam et contre tous les Musulmans de France. Encore de l’islamophobie de la part d’un organisme public et cela sous le fallacieux prétexte qu’il s’agit de faire de l’information objective. J’ai décidé de de na pas laisser passer et je prends les lecteurs à témoin : jugez de mes arguments, jugez des leurs que je ne manquerai pas de vous apporter. C’est pourquoi je vous propose cette lettre ouverte. LETTRE OUVERTE Le procès d’un gangster sert de prétexte pour monter une nouvelle cabale contre l’Islam et contre tous les Musulmans de France. Monsieur Jean-Paul Cluzel Président Directeur Général de Radio France Monsieur Patrick Roger directeur de France Info Monsieur Philippe Périlhou Rédacteur en chef Messieurs, Je vous fais cette lettre parce que je suis en colère contre la rédaction de France Info qui verse dans l’islamophobie primaire ce mardi matin 5 septembre 2008. Je suis choqué dans ma qualité de Français non croyant mais d’origine musulmane. Un événement fait la une et est répété sans cesse sur l’antenne ; un nouveau scandale - une atteinte à la laïcité française par des Musulmans - est monté en flèche dans tous les flashs de la matinée. Qu’en est-il ? Dans le cadre de la préparation d’un procès à Rennes contre un groupe de gangsters (parmi eux un musulman, Monsieur Boufarkas), l’avocat de la défense a fait valoir que le procès est prévu pour se dérouler au milieu du mois de jeûne du Ramadan. Il en déduit que son client sera affaibli par quatorze jours de jeûne. « Pour la bonne justice », il demande un report afin que son client puisse participer à son jugement en possession de tous ses moyens intellectuels et physiques. À cet argument s’en ajoutent d’autres selon le procureur général de cette circonscription judiciaire : 1.un des inspecteurs qui a monté ce dossier est lui-même en cours de jugement pour d’autres délits plus (abus, agression sexuels, etc.). Il importe d’attendre la fin de ce jugement pour en déduire le crédit à accorder à ses déclarations et rapports : s’il était condamner, le Tribunal ne pourra pas s’appuyer sur sa « bonne foi » et « sa bonne moralité » pour en tirer des conclusions inattaquables. 2.des témoins dans ce procès, sont en attente de jugement eux aussi, dans le cadre d’autres affaires encore. Le magistrat qui devait répondre à la demande de report du procès a bien compris que ces gens ne peuvent pas validement témoigner dans son procès s’il y a le soupçon qu’ils sont tenus par le Parquet qui, hypothétiquement, pourrait leur faire dire ce qu’il souhaite. Le magistrat en conclut que pour cette raison, le procès doit se dérouler après leur jugement. Comme on le voit, nous nous trouvons face à des personnes à la moralité trouble, violentes mêlées à affaires glauques et que la justice doit condamner. Mais parce qu’il s’agit de justice et non de vengeance ou de règlement de compte, celle-ci ne peut permettre aucune corruption des principes de la société, à la différence des gangsters, des flics ripoux. L’Islam n’a rien à voir dans cette affaire. Au contraire, comme toutes les religions, il interdit la délinquance. Et si en plus, à l’occasion de son arrestation un détenu pouvait être amené à réfléchir sur sa vie et revenir à un comportement social normal par le biais d’un renouveau de sa foi religieuse, tant mieux pour la société, quelle que soit la religion en question. Et si cette religion, c’est l’Islam, il n’y a rien de mal à cela. Bien entendu, cela n’influe en rien sur les sanctions prévues par la loi et que doit administrer le Tribunal. Donc le Président de la Cour d’Assises, « pour la bonne administration de la justice » a décidé de reporter le procès de ces huit prévenus à une date ultérieure. Cela ne signifie pas qu’ils sont remis en liberté en attendant, mais qu’ils restent en prison en attendant la prochaine date du procès. Aussi, Monsieur Bernard de la Gâtinais, procureur général de la Cour d’Appel de Rennes n’a pas engagé un appel contre la décision du président de la Cour d’Assises : La justice tient les coupables et elle n’a aucune raison de s’empresser ; Tout doit être fait pour que le jugement final ne soit contestable sous aucun point de vue ; Quant aux avocats de la défense, il est dans leur mission de faire « feu de tout bois » pour avoir les meilleures conditions pour le déroulement du procès de leurs clients. Tout se passe donc normalement. Il n’y a aucune atteinte à la laïcité : les Tribunaux français ne siègent pas les jours de Noël et de Pâques. Le ministère de la défense respecte le régime alimentaire de ses soldats, ainsi que les horaires des repas au cours du mois de Ramadan. Actuellement, en plein mois de Ramadan, parmi les soldats français qui combattent au nom de la France en Afghanistan, il y a certainement des Musulmans qui se trouvent là et qui donnent toutes les preuves de leur loyauté à la République. Les preuves du sang. le ministère de l’éducation nationale fait pareil avec les enfants qui sont scolarisés. D’une façon générale, l’administration est tenue de respecter les fêtes religieuses des fonctionnaires qui le demandent et qui respectent une autre religion que le catholicisme à raison de deux par an. De plus la demande des avocats de la défense n’exigeait pas que la Cour fasse Ramadan, mais qu’elle tienne compte de l’état de faiblesse du détenu, consécutive au jeûne qu’il respecte. À juste titre, l’avocat de la défense a précisé sur le micro de France Info que la laïcité républicaine n’est pas le respect exclusif des fêtes religieuses chrétiennes, elle n’est pas non plus l’écrasement de toutes les religions et en particulier l’Islam. Explicitement, selon la Constitution, elle est le « RESPECT DE TOUTES LES RELIGIONS » : Article Premier : La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances... Autrement dit, cette affaire comme celle du différend matrimoniale entre un époux et sa conjointe au sujet d’une virginité promise n’a rien à voir avec l’Islam, mais est liée exclusivement à l’administration de la bonne justice. Les magistrats du siège ont décidé avec éclairement. Les magistrats du Ministère public n’ont pas jugé utile de faire appel. Mais la presse, notamment France Info a profité de ce qu’un seul avocat de la partie civile ait soulevé un faux problème pour lancer une vaste opération islamophobe. Voyons donc ce comportement médiatique antisocial qui promeut la mésentente social et de façon implicite une forme de ségrégation, qui prête ses service aux forces politiques les plus rétrogrades du pays. Soyons professionnel. La rédaction de France Info a évoqué cette affaire dans au moins une vingtaine de flash et de journaux. La science de la communication (linguistique ; psycholinguistique ; psychologie cognitive ; psychologie de l’inconscient ; neuropsychologie ; psychosociologie ; etc.) nous apprend que l’effet social final d’un message découle non seulement de l’information globale véhiculée, non seulement des détails explicitement rapportés – cela s’appelle le contenu dénoté - mais aussi du message implicite et aussi du nombre de fois qu’on l’on administre à l’auditoire cette information - cela s’appelle le contenu connoté (Ferdinand de Saussure, cours de linguistique générale – 1916). Tous les faits que j’ai rapportés plus haut dans cet article sont extraits des messages de France Info. Mais ils n’y étaient pas dans le dosage que j’utilise ici. En plus, la répétition excessive de cette information et ce dans les proportions de déséquilibre que je condamne font que cette affaire qui n’en était pas une, qui n’aurait jamais dû faire l’objet d’« un fait de presse », le traitement qui a été le sien (sous l’angle d’une atteinte à la laïcité républicaine) sont des faits professionnels délibérés, coupables, ségrégationnistes en fin de compte. Ces vingt (ou plus !) spots d’information ont participé délibérément à la fabrication et à la montée d’un buzz, d’un antagonisme social visant à stigmatiser les dix pour cent de la population française qui sont de culte musulman : « les Musulmans attaquent les valeurs fondamentales de la République et l’administration judiciaire cède devant eux. Demain sous serons obligés de faire Ramadan ! » Alors qu’en fait, ce sont ceux qui ont participé par décision volonté politique ou par incompétence ou encore dans le souci de chercher une grande audience au prix d’un faux scandale ; ce sont ceux-là qui sont les MAUVAIS FRANçAIS. C’est eux qui veulent imposer une vision exclusivement catholique ou exclusivement chrétienne ou judaïque et Chrétienne de la laïcité. Je ne sais pas d’ailleurs s’ils ont une inspiration religieuse (guerre des religions) ou une inspiration sociale : empêcher l’émergence sociale, c’est-à-dire culturelle, économique et politique de près de dix millions de Français musulmans et de membres de leur famille. Cette politique d’ostracisme qui passait dans le passé colonial ne passe plus. Nous sommes de Français d’origine musulmane. Les uns sont plus ou moins croyants que les autres. Mais tous, nous en avons marre de ce racisme qui a des objectifs politiques et économiques clairs : on veut nous privé de l’entier exercice de nos droits sous prétexte que nous sommes de mauvais Français en raison de notre religion ou de nos origines. Nous en avons marre et nous sommes devenus très sensibles à cette question. Que la connerie de la rédaction de France Info commise aujourd’hui ait été motivée par la poursuite d’objectifs politiques ou qu’elle fut le résultat d’une incompétence professionnelle ou encore la recherche d’une audience importante sur notre dos, nous disons : « ça suffit ». La rédaction de France Info pouvait à la limite rapporter ce fait sans importance. Mais en faire l’évènement principal de ce vendredi matin, c’est rédactionnellement intentionnel et mal intentionné. Pour éviter la reproduction de tels dérapages, nous voudrions que la direction de la rédaction compte parmi ses salariés un nombre de journalistes en rapport avec la réalité sociologique de la France. Il ne s’agit d’introduire une politique de quotas, mais si l’on part du principe que l’intelligence et la bêtise sont également répandues dans la société, il n’y a pas de raison pour qu’il n’y ait pas assez de Musulmans français capables d’être des journalistes (la France administre sans interruption des Musulmans depuis 1630 !). De plus la sélection de ces journalistes issus des minorités ne doit pas obéir à des critères politiques qui feraient que ce ne seront que « des traitres à leur communauté » comme le furent certains Juifs sélectionnés par les fascistes pour travailler pour eux en direction de leur communauté : nous voulons voir et entendre à l’antenne des journalistes musulmans bien intégrés dans le pays et dans leur communauté, représentatifs des aspirations de ces dix millions de Français et de leurs familles. La démocratie, ce n’est pas seulement le pouvoir (la dictature) de la majorité, c’est aussi la prise en compte par le pouvoir – médiatique en l’occurrence - de toutes les sensibilités sociologiques en proportion de leur représentativité. Enfin, si tel n’est pas le point de vue de la rédaction de France Info, c’est ainsi qu’est définie la démocratie par le Haut conseil des droits de l’homme de l’ONU, par l’OSCE, par l’Union Européenne et par la Constitution française (article 1). Une affaire récente de deux journalistes limogés ces derniers temps (dernièrement, Richard Labévière) par Radio France Internationale en raison de leur ligne éditoriale ne manque pas de nous interpeller et de nous suggérer qu’il y aurait une politique éditoriale de l’ensemble du groupe des médias gouvernementaux... Où alors, ce ne serait qu’un malencontreux hasard... Il n’est pas étonnant de constater des attitudes de repli communautaire de la part des jeunes et moins jeunes face à cette politique éditoriale ségrégationniste de la part des médias dominants. Bien sûr, cela fait les affaires des instigateurs de cette politique (c’est le but recherché !) et c’est aussi du pain béni pour les extrémistes de tout bord. Mais cela n’est pas conforme aux vraies valeurs de la France et et cela ne sert pas les intérêts du pays et ceux qui agissent comme on vient de le voir sont de véritables mauvais Français, racistes, ségrégationnistes à un niveau ou à un autre. Je tiens à préciser que je suis moi aussi un professionnel des médias confirmé et je n’interviens pas ici pour réduire la liberté rédactionnelle de mes confrères ou pour leur imposer un point de vue éditorial particulier - le mien. Mon intervention est motivée par le constat objectif (quantitatif) que des salariés de médias publics, payés par l’argent de tous les Français, y compris par celui des Français de culte musulman, agissent sans responsabilité professionnelle, sans respect de la déontologie professionnelle, sans respect des valeurs françaises, sans respect des intérêts de la nation française caractérisée par sa nature multi-confessionnelle, multi-philosophique, multi-ethnique, multi-territoriale (la surface sous souveraineté française est de 11 millions de km2 et pas seulement ses 500 000 km2 continentaux). Alors, lorsque j’entends des campagnes de martellement ségrégationistes qui montent en flèche des informations bidon sans valeur professionnelles pour nuire à la catégorie sociologique à laquelle j’appartiens, je me dis : Merde ! Ils remettent ça encore... encore un faux prétexte pour nous mettre à l’index, nous, notre origine, nos valeurs spirituelles, nos ethnies sub-méditerranéennes... quand cela va-t-il s’arrêter ? Comme beaucoup de mes « co-religionnaires », je connais l’histoire de la France plus que la moyenne ; je connais la culture française mieux que certains collègues ; j’ai apporté à la France le meilleur que je pouvais, à des postes de responsabilité. Et nous sommes toujours de mauvais Français ! Que faut-il faire pour que cela s’arrête ? Faut-il en arriver un jour au riotting des USA des années 70 avec les Black Panthers ? Messieurs, si cela devait continuer, si des correctifs n’étaient pas apportés à cette idéologie nauséabonde rampante qui ronge notre pays et nos médias institutionnels, nous allons en appeler aux instances internationales et tant pis pour l’image de la France. Nous ne demandons rien de spécial, ni aucune faveur. Nous réclamons l’application sincère des textes fondamentaux de la France et ceux des instances internationales reconnues : le respect de nos droits, de notre place dans la société. Je vous prie de bien vouloir m’envoyer une réponse et je m’assurerai personnellement de la faire publier par les organes de presse qui auront reproduit le présent courrier. Je vous prie d’agréer mes salutations distinguées et confraternelles...."

Abdellah Ouahhabi


POUR EN SAVOIR PLUS- LIEN SOURCE :

http://www.alterinfo.net/Le-proces-d-un-gangster-sert-de-pretexte-pour-monter-une-nouvelle-cabale-contre-l-Islam-et-contre-tous-les-Musulmans-de_a23534.html?voir_commentaire=oui#com_574715


Nous n’attendons ni n’espérons d’intelligence, d’honneur et de dignité de ces esprits infestés par le poison du racisme à l’état grégaire ; mais un peu de logique suffira !!!

Mais peut-être est-ce là encore trop d’exigence ,

Hadria RIVIERE
http://hadria.riviere.over-blog.com/


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe