karg se 12 septembre 2008 18:56

Votre thèse sur la rôle du libre échange serait valable si :


- on n’assistai pas à un accroissement des richesses dans les pays riches.

- que cet accroissement s’accompagne d’une forte concentration des richesses.

- que le chômage toucherai indistinctement

Le libre échange n’est pas neutre, puisqu’il accélère la course entre éducation et technologie, mais le fond du problème est politique : par divers moyens, les conservatismes près keynésiens est de retour. Ils gagnent le pouvoir en s’appuyant sur des thèmes sécuritaires et moralistes, et met en place une politique qui expédie la classe moyenne dans la pauvreté.

L’UE ne peut pas changer la politique intérieur de ses membres, si l’imposition du revenu est passé de 70% à 40% (25% avec les niches fiscales) pour les plus riches, c’est parce que les élections, depuis les années 80, ont régulièrement mis au pouvoir des partis qui soutiennent ces politiques aussi inefficace que génératrice d’inégalité.

Les besoins de l’état toujours en croissance du fait de la course à l’éducation et à l’infrastructure, comme les classes très aisées sont protégés, la charge retombe sur la classe moyenne et l’appauvrisse. La bulle immobilière gonfle la part du capital dans le PIB et ponctionne les revenus des ménages au delà du raisonnable.

Tous ceci explique bien mieux la situation actuelle que le libre échange. Le libre échange n’affecte que le marché de l’emploi peu qualifié, pas la classe moyenne.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe