Joshua 8 janvier 2009 04:57

Je trouve cette critique intéressante, notamment en ce qui concerne l’élitisme des intelletuels de gauche qui a tendance à s’oublier.

Nénamoins, que l’analyse des origines, du présent et du future de la situation tende à pêcher chez Todd par certains côtés aventureux (au sens de "politiques" du terme, pour un intellectuel soumis aux rêgles de la recherche), il n’en demeure pas moins qu’il se base sur des évidences qu’on aimerait bien que tout le monde reconnaisse.

Dire que c’est la possibilité que la société devienne plus démocratique avec l’esprit néolibéral actuel qui ferait peur à Todd est une abération qui laisse pantoi. On n’a pas besoin, effectivement, d’avoir bac+5 ou plus pour voir que la démocratie est menacée.

Quel est donc alors ce mal qui frappe l’esprit d’Eric, si ce n’est pas un pb de niveau d’étude ?
Le jeanfoutisme à l’égard des nouveaux criminalisés, des nouveaux paupérisés, des nouveaux asservis, des nouveaux oppressés, d’une classe de fiers à bras qui, parce qu’ils s’en sortent, se croit plus malin que les autres ?

Et ce n’est que la version humaniste de base. On pourrait faire un tableau plus complet de la déconstrution juridique et sociale et du pourissement géopolitique et environnemental que l’idéologie dominante provoque...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe