eric 8 janvier 2009 08:28

 A joshua.

Idéologie dominante dites vous ? Bon an mal an, environ 70% des gens appartenant à des professions ayant un "rôle idéologique" dans la société sont un peu, beaucoup, ou passionnément ,hostiles à ce qu’ils appellent une idéologie néo libérale, dont on a souvent l’impression qu’elle n’existe que dans leur esprit.
C’est le cas de l’enseignement, de la recherche, de la culture, de l’information, de la communication, de l’édition, de l’animation socio cul. et d’une bonne partie des professions de justice.

Au journal le Monde en 2002, lors d’une simulation interne, Besancenot est le candidat arrivé en tête (Le Monde tel qu’il est ) ! Même au Figaro, individuellement, les journalistes sont massivement à Gauche même si il écrivent pour leur lectorat. FOG a notamment recruté beaucoup de gens.
Sondage (contesté il est vrai) de Marianne, 80% de journalistes à gauche.
Dans l’enseignement, 72% des personnels ont voté à gauche en 2002.
Chez les intermittents du spectacle, essayez de trouver un néo libéral. Idem dans les Drac, les théâtres, le cinéma. A l’université, il y a eu un scandal il y a quelques années parceque UN candidat à l’Agrèg a voulu défendre une thèse sur un économiste libéral.

Dans tous ce que l’on peut apeller les "ministères de la parole", les professionnels sont, nettement plus à gauche que le reste de la société.

On peut penser qu’étant "plus intelligent" ils voient mieux les "évidences" dont vous parlez. On peut penser au contraire qu’ils vivent dans des bulles médiatiques, des isolats sociologiques d’où ils percoivent mal le "réel" comme ils disent.

Il est un indice qui irait dans le sens de la seconde proposition.

Il y a un paradoxe certain à les entendre dénoncer en coeur la dominance d’un discour unique médiatique néo libéral alors qu’ils sont eux même les principaux relais d’information et y sont hostiles et ne se rpive pas de le dire.

Pour en revenir à Todd, c’est le même paradoxe qu’il y a quand il dénonce le mépris croissant des très diplômés pour les moins diplômés et juge le gouvernemetn actuel, même pas tant au nombre de diplômes mais aux notes obtenues à diplôme donné. Sarkozy certes est avocat, mais il n’était pas parmis les mieux noté... !








Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe