yvesduc 17 mars 2009 22:00

Merci pour votre réponse. Néanmoins, s’il ne s’agissait que de « partage et d’échanges entre internautes », comme lorsqu’on prêtait hier un CD à un ami, ce serait différent. Le « partage » a pris de telles proportions qu’il transforme les disques durs des « internautes » en alternative aux magasins et aux échanges commerciaux. Et notez que le prêt prive (temporairement) le propriétaire de son bien ; pas la duplication. Mais après tout, admettons : si des gens aiment pratiquer l’accumulation boulimique sur leur disque dur et si d’autres préfèrent s’approvisionner auprès des premiers plutôt que dans les magasins virtuels ou réels, ça ne me dérange pas une seconde tant que les artistes sont rémunérés. Si la contribution créative résout le problème, alors tout va bien dans le meilleur des mondes mais les « partageurs » accepteront-ils de la payer ?

 
Pour l’anecdote, j’ai un voisin qui pratique l’accumulation boulimique (illégale), ce qui toujours pour l’anecdote lui coûte entre 200 et 300 euros par an en disques durs (toujours plus gros, toujours à la pointe) et en DVD vierges (piles de 100 achetées par lots de 4). Ramené au volume téléchargé, c’est rentable. Alors, si la licence au forfait, avantageuse pour les gros consommateurs, peut ramener quelques brebis dans le troupeaux des gens qui rémunèrent les artistes, ce sera toujours ça de gagné.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe