titi titi 16 avril 2009 08:54

« Il y a en France des arrondissements ruraux excempts de toute technocratie territoriale. »
Et c’est un mal ?

« Si l’on publiait une cartographie des cadres de catégorie A de la fonction publique territoriale, on découvrirait des arrondissements désertiques. Les petites collectivités rurales sont sans appui d’analyse ou de proposition dans leurs petites administrations »
Reflexion bien francaise... pour réfléchir il faut le diplome-qui-va-bien avec le classement, l’échelon, le coefficient qui-va-bien. Sinon point de salut.

Vous oubliez qq chose de fondamentale dans votre analyse : c’est la composition des conseils municipaux.
Dans les grandes agglomérations il s’agit de professionnels de la politique. Leur souci c’est la préparation du congrès de tel ou tel parti. Ce sont des parachutés qui ne connaissent pas le territoire qu’ils sont censés administrrés.
Dans les petites communes les conseils sont des gens du cru qui ont une activité professionnelle (cadre, enseignant, etc...) et qui connaissent par coeur leurs administrés et les problèmes qu’ils rencontrent. Ils n’ont pas besoin d’un catégorie A pour leur dire se qu’ils savent déjà.
Et surtout quand les impots locaux augmentent ils se font interpeler au café, sur le marché, au travail. Alors que dans les grandes villes les conseils n’ont pas beaucoup de comptes à rendre. Au pire ils sont remplacés par d’autres parachutés qui seront occuper à preparer le prochain congrès de l’autre parti...
La modération salariale n’impose donc pas les mêmes contraintes.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe