claude claude 16 mai 2009 01:40

bonsoir,

l’intrique de ce livre semble être une sorte de suite au camp des saints, commis par jean raspail dans les années 70.

la peur est devenue l’émotion à la mode, elle permet toutes les intransigeances, toutes les intolérances, tous les sectarismes. on adore faire l’éloge de la haine, l’apologie de la colère.

on oppose les religions entre elles, les croyants et les athées, chacun dévalorisant la foi ou la pensée philosophique de l’autre. il n’y a point d’indulgence pour celui qui ne partage pas sa « foi » (qu’elle soit religieuse ou laïque, républicaine, athée)

les hommes se complaisent dans la mise en exergue de ce qui les divise, au lieu de souligner et de développer tout ce qui nous rassemble.

 une maison se construit avec des maçons, des charpentiers, des couvreurs, des plâtriers...c’est l’union de ces corps de métiers qui permet qu’elle existe.

cette polémique lilloise sur l’heure réservé aux femmes musulmanes est déplacée : en effet, dans les hammams, il y a des heures pour les hommes et d’autres pour les femmes, afin de protéger la pudeur de celles qui sont gênées par le regard des autres.
auriez-vous la même réaction, si cette heure avait été réservée aux femmes, sans indication de religion ? le véritable combat de la laïcité ne se limite pas à lutter contre une heure de piscine exclusivement féminine, qui de plus ofre pour certaines un espace de liberté loin des contraintes de la famille : enfants, maris et soucis quotidiens.

le vrai combat est de donner l’accès de l’école, puis à la vie professionnelles, à tous les enfants, filles ou garçons, pour en faire des adultes responsables, libres de leurs choix religieux, politiques, professionnels, personnels.
la laïcité, est la garante de l’harmonie dans la maison de la république, car aucune forme de pensée ne doit l’emporter sur l’autre, sauf si elle assure le respect de l’égalité et de la fraternité.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe