olivier cabanel olivier cabanel 20 mai 2009 15:44

Marcel,
comme toi l’abandon de 5000 hectares me navre, autant que celui des 50.000 qui vont suivre. et s’il faut en croire les organismes qui s’occupent de ce problème, ce n’est que la pointe de l’iceberg.
peut etre (surement même) il faudra un certain temps pour que tous les agriculteurs arrêtent les conneries, comme on dit poliment, mais c’est à mon avis inéluctable.
parce qu’il n’y aura pas d’autres choix.
un peu comme pour le nucléaire.
les pannes, les problèmes de santé, vont se succèder, et c’est prévisible, et il faudra bien un jour ou l’autre changer de pratique, ne serait-ce que pour vivre en bonne santé.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe