iomej 27 juin 2009 12:36

Le salafisme, dont les femmes fantômes, sont une manifestation visible, n’est pas soluble dans la démocratie. Il ne l’est pas plus que le nazisme ou le fascisme. Au sein de l’islam, ce courant, sectaire, intolérant, violent, est certain de détenir la vérité, d’ être le seul à interpréter correctement le Coran et à vivre l’islam authentique. Nous, nous sommes des kuffar, des infidèles ; les autres musulmans pour eux sont des collaborateurs ou des renégats : des bestiaux qu’on peut massacrer, racketter, violer avec une autorisation « divine ». Il suffit de regarder de quoi ont été capables le GIA et le GSPC en Algérie...
Il n’y a pas de cadeau à faire à ces cinglés.
S’ils veulent mettre des draps sur la tête de leurs femmes, avec le consentement forcés ou feint de celles ci, ils vont le faire là où c’est la norme, là où les femmes n’ont pas le droit de conduire, de sortir seules, de refuser la polygamie, de demander le divorce... Mais pas ici où ils mènent, mine de rien, un prosélytisme hyperactif, en noyautant les banlieues, en recrutant des paumés, en pourrissant tous les forums internet musulmans avec des copiers-collers incessants....
Sur la burqa ou le niqab, il ne faut pas leur donner une tribune et de toute façon ne pas les confondre avec les autres musulmans qui généralement les vomissent. Il suffit seulement d’une loi qui interdise le port de masques en dehors de carnaval.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe