arturh 31 août 2009 13:43

La Démocratie permet l’existence de ces deux modes de vie. On remarquera que le Totalitarisme, qui exige le monopole sur l’organisation du mode de vie collectif, le détruit obligatoirement en même temps qu’il détruit le mode de vie individuel. La Chine devait obligatoirement détruire le mode de vie bouddhiste au Tibet.

On peut d’ailleurs légitimement penser que si les gens on renversé le Communisme en particulier et le Totalitarisme en général, ce n’est pas pour gagner le droit d’initiative individuel, qui est relativement minoritaire, mais pour gagner le droit d’initiative collective, qu’interdit catégoriquement le Totalitarisme, en particulier communiste.

On voit comment l’auteur, par exemple, consent à reconnaître que le droit d’entreprendre et le droit de s’associer sont très proches. Mais évidemment, il se garde bien d’explorer honnêtement cette évidence, après l’avoir rapidement nié : « Le propos est critique mais ne vise pas tout entrepreneur. Sans y voir une extension de sens on pourrait parler d’entrepreneur pour les dirigeants d’associations. Mais ce n’est pas ce que le sens commun contemporain entend sous le mot entrepreneur.  »

Evidemment, c’est outrageusement faux.

Mais l’auteur veut strictement réduire l’entrepreneur à la définition qu’en donne le Totalitarisme : un pilleur de richesses collectives. Il s’agit de caricaturer l’entrepreneur sous la forme d’un homme complètement obsédé par la volonté dune enrichissement sans limite.

Evidemment, on rejoint ici le pire « complotisme des sages de Sion ». pour qui connaît un peu l’Histoire de la création de Microsoft ou Google, par exemple, qui a rendu leurs créateurs des gens réputés « les plus riches du monde », on voit que ça ne tient pas debout. Les inventeurs de Google, par exemple, étaient des chercheurs scientifiques passionnés par leur métier. On peut noter au passage que ce que leur a autorisé leur Université, l’Université Française, globalement anti-libérale, le leur aurait totalement interdit... Les inventeurs de Google, qui ont inventé un moteur de recherche par hasard, comme c’est souvent le cas dans les découvertes (ils cherchaient autre chose, relativement proche, il est vrai...), étaient donc des gens passionnés par ce qu’ils faisaient. Ils le font toujours. Le fait que leur application ait été adoptée par des milliards de gens est complètement secondaire. Ce n’était pas du tout l’idée de départ. Il est vrai que personne n pouvait imaginer Google et son succès.

En travestissant l’esprit d’entreprise individuelle en un complot mondial est un telle contradiction dans les termes, d’ailleurs, qu’il vaut mieux lire cet article pour ce qu’il est : le deuil non fait de l’entreprise collective totalitariste.

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe