Christian Delarue Christian Delarue 20 janvier 2010 08:50

Contre le sexo-séparatisme islamique il faut un combat féministe global.

le Collectif national pour les droits des femmes a rédigé une proposition de loi-cadre contre les violences faites aux femmes qui a été déposée en décembre 2007 sur le bureau de l’Assemblée nationale par le groupe de la gauche démocratique et républicaine et au Sénat par le groupe communiste, républicain et citoyen. Pourquoi  ? 
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France ! Lire Suzy Rojtman et Maya Surduts
LEMONDE.FR | 19.11.09
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/11/19/il-y-a-48-000-viols-de-femmes-par-an-en-france-par-suzy-rojtman-et-maya-surduts_1269580_3232.html

Plaider en faveur d’un féminisme global et transversal aux nations et aux différentes couches social n’interdit pas de critiquer le machisme et le sexisme théorisé, justifié, pratiqué avec constance. Deux mots sur le voile intégral d’abord.

* Le voile intégral n’est que le symbole maximal du sexo-séparatisme.

La burka ou le niqab , qu’il s’agisse d’une logique sectaire exogène ou d’une forme de spiritualité endogène, manifeste une emprise du machisme. Il ne se combat pas sauf exception avec des lois mais par l’affirmation du respect des femmes dans un cadre de mixité à l’école, à la piscine, au travail, chez elles. Le respect c’est le refus des remarques désagréables liées au sexe mais c’est aussi la promotion de l’égalité et de la réciprocité. Le respect et l’égalité permet la promotion de la liberté de comportement des femmes. Si les hommes savaient « se tenir » elles pourraient s’habiller librement, sans avoir à se cacher. Le souci de cacher les formes féminines du corps passent aussi par des pratiques alimentaires de grossissement ou d’amaigrissement qui aboutissent à des formes non religieuses de camouflage du corps. On en revient toujours à la même chose : les jeunes hommes doivent apprendre à maîtriser leur désir au lieu de vouloir enfermer les femmes. Cette logique de neutralisation est une impasse . Il ne peut s’agir d’abolir les rapports de séduction, de supprimer les artifices qui vont avec. C’est un rigorisme mortifère, un chemin qui ne mène nulle part . Il s’agit d’instaurer des rapports de confiance et de paix propice à la rencontre dans le respect de la différence de genre. Dans cette maîtrise réside le progrès civilisationnel.

* Les violences sexistes issues de l’islam réactionnaire.  

Elles doivent être combattues comme les autres. Pourquoi critiquer à raison les éructations sexistes d’Orelsan et pas l’obsession de certains musulmans à employer tous les moyens pour couvrir voir enfermer les femmes et jeunes filles. Il y a certes les violences sexistes commises sans idéologie de référence comme les meurtres passionnels par exemple et les violences sexistes largement permise par une idéologie sexiste athée ou religieuse de justification. 

* Les premières violences de type patriarcales mais sans appui idéologique manifeste sont présentes dans tous les milieux sociaux : le dépi amoureux ou la jalousie ou d’autres situations conduisent à des violences sans que l’on puisse trouver une réelle idéologie de soutien. Bien au contraire il arrive que des violences soient commises en contradiction d’une idéologie ordinairement pacifiste et égalitariste. Une dégradation occasionnelle ou structurelle de la personnalité avec éventuellement ajout de l’alcoolisme ou de drogues comme facteur aggravant produisent parfois des gestes violents . Ici les femmes ne sont pas exempts de violences contre les hommes mais surtout contre les enfants. Mais, les faits montrent que massivement ce sont les hommes qui usent ici de la violence. 

* Les secondes violences sont issues d’un discours faisant explicitement l’apologie de la violence. Un discours est totalement distinct de la religion et pourrait se nommer le virilisme sous des formes diverses . Les éructations d’un Orelsan ne sont qu’un exemple parmi d’autres. Il y a aussi l’autre discours ; celui qui relève du prosélytisme religieux intégriste : tu te voiles ou tu subies la violence machiste, celle des frères ou des pères avec souvent l’absolution des mères. Cela n’est pas une loi écrite dans les textes sacrés mais une pratique acceptée et reproduite dans les familles et la communauté.  

Christian Delarue

POSITION SUR LA BURQA de Christian DELARUE

http://www.lepost.fr/article/2010/01/10/1878772_position-sur-la-burqa-de-christian-delarue.html

La séduction est payenne, l’amour est chrétien

http://www.lepost.fr/article/2009/12/28/1860165_la-seduction-est-payenne-l-amour-est-chretien.html


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe