emmanuel muller emmanuel muller 12 décembre 2009 15:52

1000
Puisque c’est une fondation, puisque les acteurs c’est les participants, hé ben les réponses c’est aussi à nous de les donner ! (il m’a fallu une journée pour tilter :)

Alors le topo sur le modèle économique : Aujourd’hui il faut donner, ok, c’est fait.

Et demain ? Pour demain je répond moi même et je pense qu’il faut que la matière soit valorisé par elle même !

L’avenir est à la création, et la recréation, et surtout à la recréation collective.
_Internet autorise l’évolution : je veux pouvoir lire l’article : « pourquoi il faut aider la fondation agoravox 2.0 ».
_La forme spip le permet la création collective, elle permet créer à plusieurs : je veux voir se constituer des groupes de rédacteurs qui écrivent ensemble aux lieux d’écrire trois fois la même idée de trois façon différente. Mieux, je veux que ces trois façon restent et soient le terreau d’un travail secondaire.
_Enfin je veux qu’Internet soit l’outil qui permette de remettre mille fois l’œuvre sur le travail, et je veux aussi que quant l’œuvre émerge elle trouve une diffusion au delà d’internet, dans une forme papier rémunératrice par exemple, qui permette a l’outil de vivre de sa propre pertinence.

Car s’il n’arrive pas a trouver sa propre pertinence je veux que cet outils meure et face place a un autre, mais en attendent je lui donne pour qu’il essaye par ce que je crois que c’est possible.

Ce n’est qu’une réponse parmi 1000 ... mais _ au risque de me résumer _ je pense que l’intérêt est dans ce qui émerge des milles ensembles.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe