Malaurie 10 février 2010 18:04
Cette lettre d’une « Marianne à la peau mate » vient opportunément rappeler que la conception du monde des femmes migrantes - durablement installées en France - venant des pays islamiques n’est pas monolithique mais plurielle, diverse. Certaines sont très engagées pour se débarrasser de l’islam en même temps que de l’autoritarisme de l’islamisme, d’autres pensent qu’elles peuvent agir de l’intérieur en provoquant des réformes internes. On peut dire que ce choix ne nous regarde pas mais il nous influence néanmoins.
 
En plus comme le dit l’auteur si seulement ce voile était porté avec souplesse, avec possibilité de l’enlever, la critique de cet islam rigoriste en serait adoucie.Mais il n’en est rien. La seule souplesse réside dans la couleur semble-t-il. Certaines ne le portent pas noir et très couvrant dans un « style » proche de la burqa.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe