José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 24 février 2010 08:14

@ sisyphe :

Ta touchante histoire nous montre :

1° que plusieurs gouvernement grecs successifs n’ont pas cessé depuis des lustres de trafiquer les comptes publics et de publier de faux chiffres ;
2° que la banque centrale grecque, avant l’adhésion à la zone euro, était complice de ces traficotages délictueux ;
3° que la banque centrale européenne a été incapable durant une décennie entière de détecter ces fraudes.

Et tout ceci serait censé plaider en faveur d’un contrôle de l’économie par l’État via la banque centrale. Quelle bonne blague !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe