Annie 9 mars 2010 16:58

« Cet écart s’explique en partie par les caractéristiques individuelles, de poste et d’entreprise qui diffèrent entre hommes et femmes. En neutralisant ces effets de structure, il subsiste alors un écart de 7 % ».
Si je comprends bien, lorsque l’on fait abstraction des caractéristique individuelles (gestion de carrières, maternité etc.), de poste et d’entreprise etc... qui fait que l’on arrive à 20%, il reste 7% qui restent irréductibles. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe