DEEVIN 17 mars 2010 14:46

C’est quand même très curieux comme raisonnement et bien de chez nous. En somme ce n’est pas le mauvais élève qui a tort mais le bon, et c’est à lui de payer !
Les allemands qui ont réussi en s’imposant une politique de rigueur depuis plusieurs années n’ont aucune envie de payer pour les laxismes grec, espagnol ou français.
L’ Allemagne fait face elle-même de grosses difficultés intérieures, endettement et chômage croissants, charges de la réunification, qui ont sa priorité.
Elle n’a de plus aucune obligation, pas plus que nous d’ailleurs, de consommer des biens dont elle n’a pas besoin, ou qu’elle produit mieux elle-même. Des produits grecs ? quels produits grecs ?
Enfin, la comparer à la Chine est saugrenu. L’ Allemagne est un pays ouvert et notre premier partenaire commercial. Si elle réussit moins mal que d’autres, faut-il s’en prendre à elle ou à ceux qui ont menti pour faire partie du club.
Si l’Euro tient encore la barre c’est grâce au socle allemand, mais ils pourraient aussi finir par se lasser et proposer que chacun reprenne ses billes.
Que chacun vive d’abord selon ses moyens, c’est à dire selon ses capacités de création de richesse, et il n’y aura plus de problème de l’Euro.
ps : qu’on nous épargne dans ce débat un recours à l’anti germanisme, style dette du nazisme. Ou alors mettons un point final à la construction européenne et armons- nous pour la troisième.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe