astus astus 20 mars 2010 15:25

A Marineau :

Vous évoquez avec justesse l’insensibilité émotionnelle des pervers narcissiques et psychopathes mais sans mentionner que celle-ci, du point de vue de quelqu’un de normal, est tout autant dirigée vers l’intérieur (eux-mêmes) que vers l’extérieur (autrui). Ce phénomène s’origine dans le déni de leur dépression qui leur fait mélanger ce qui se passe au dedans et au dehors du soi en raison de limites identitaires floues (personnalités borderlines). En clair la persécution des autres les protège de la confrontation avec leur propre image dépréciée, projetée sur autrui, ce qui justifie leur violence.
Pour avoir étudié ces sujets je ne puis donc partager votre point de vue quand vous écrivez : "Lorsqu’ils prennent conscience de leur différence, ils cherchent à contrecarrer leur infériorité naturelle en dominant ceux qui, contrairement à eux, éprouvent des sentiments et émotions".
Il serait à mon avis plus exact de dire que ces sujets, malheureusement pour la société, ne prendront jamais pleinement conscience de leur différence, car s’ils le pouvaient ils se déprimeraient et guériraient plus facilement (ces sujets sont extrêmement difficiles à soigner pour cette raison précise)
Cordialement.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe