Michel DROUET Michel DROUET 19 mai 2010 09:25

L’augmentation du nombre de fonctionnaires territoriaux est directement lié à la multiplication des collectivités et des établissements publics de coopération intercommunale et autres iyndicats (communautés de communes, d’agglo, pays, notamment) depuis plus de 20 ans.

Chaque élu local à la tête d’un tel organisme a voulu disposer de ses propres services souvent en doublon avec un autre organisme public existant préalablement.

Lors de la décentralisation de 1982, l’Etat lui même a conservé des personnels qui auraient du être transférés aux départements (pour les transports scolaires par exemple).

La responsabilité sur ce sujet est donc collective et concerne l’Etat et les collectivités locales.

La réforme des collectivités locales en cours d’examen au Parlement va t-elle modifier les choses ? Je ne le crois pas : nos chers élus sont très attaché à leurs prérogatives et on ne peut pas croire qu’ils couperont la branche sur laquelle ils sont assis, c’est à dire qu’aucun niveau local ne dervrait être supprimé

La voie actuelle de l’étranglement financier des collectivités locales par l’Etat (réduction des dotations, suppression de la T.P. par exemple) aboutira vraisemblablement à la réduction des dépenses de personnel des collectivités locales.
Ce n’est certainement pas la meilleure façon et surtout la plus intelligente...

Question subsidiaire : l’économie est elle capable (et a t-elle envie)de créer des emplois dans le privé qui seraient susceptibles de répondre à une diminution du nombre d’emplois publics ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe